fermer la fenetre

"Fortifier votre optimisme, Insiprer par les contenus
Créer un impact."


Vous souhaitez être rappelé(e)

 Multipotentiel / Multipotentialiste

Il semblerait qu’il y ait une confusion dans la littérature Web actuelle sur le statut de multipotentiel (tout attaché) et les multi-potentiels ou multi-activités / généralistes. Tentative de clarification du propos.

Je ne me fais aucune illusion sur la somme du travail à fournir pour que ces notions soient comprises. 
Parfois, les deux statuts vont se superposer, parfois, non. C’est la manière dont la personne réfléchit et fonctionne qui va indiquer si elle est équipée en mode multiopotentialité ou pas. Quel que soit son âge, quel que soit son statut.

Deux sujets à distinguer

Multi-potentiels, celui avec le tiret : dans les années à venir l’environnement du travail va exiger une capacité à investir plusieurs activités en parallèle,quelle que soit la génération, On parle alors de poly-ou pluri activités.

Multipotentiel/multipotentialiste — celui sans le tiret : Il concerne de la sur-efficience : une non spécialisation du cerveau au moment du tri neuronal. Elle n’appartient ni à une tranche d’âge, ni à une catégorie socio-professionnelle, ni à des personnes avec un certain niveau d’étude. 
Ce n’est ni du multi-tâches, ni du multi-activités.

Confondre les deux serait confondre multi-médias et multimédia. Il y en a un qui juxtapose ou empile, l’autre qui ccorespond à un mode de fonctionnement intégré.

Reprise des bases : Multipotentialité, c’est quoi

Entre trois et six ans un enfant élimine des milliards de neurones et de connexions électriques qui ne lui sont pas indispensables. C’est ce qu’on appelle le tri neuronal. L’enfant se spécialise pour communiquer et s’adapter à la vie en société.” Christel Petitcollin — “Je pense mieux”.

L’hypothèse de départ de Sophie Revil (dans Le cerveau d’Hugo reprise dans Je pense mieux) est que nous naissons tous autistes.

C’est sur cette base d’hyper-connectivité que se ferait le tri neuronal. Il serait moins drastique chez les sur-efficients qui, en plus de leur pensée en arborescence, conserveraient aussi un plus grand nombre de connexions électriques entre neurones. Car ce n’est pas tant le nombre de neurones qui importe dans la multipotentialité que le nombre important de relations entre eux.
Un artisan peut-être sur-efficient, un chef d’entreprise peut-être sur-efficient et un délinquant aussi (une belle partie de la population carcérale serait dans ce cas. Face à l’incapacité de gérer leur trop plein de pensées et de recherche de sens, certains sur-efficients se réfugient dans la drogue ou l’alcool ou…)

Léonard de Vinci est LA référence en terme de multipotentialité (sans le tiret) , ça vous donne une idée de la non nouveauté du phénomène. (il était aussi multi-activités mais cela servait un but. — Voir l’explication du phénomène d’hybridation mentionné plus loin.

Exit les longues études ou la notion de génération…

Par nature, la multipotentialité ne s’apprend pas

La multipotentialité est donc le mode de câblage (cette fameuse pensée en arborescence) avec lequel certains d’entre nous arrivent sur terre. La multipotentialité représenterait 20 à 30 % de la population, au bas mot.

Ce câblage n’est pas substituable par une pensée séquentielle (et vice et versa). Il va donc falloir supporter et amadouer ce mode de fonctionnement — autant que faire se peut.Cette manière de penser est un cadeau — même si parfois on échangerait bien ce bouillonnement pour un peu plus de calme. La multipotentialité peut s’épanouir et s’exprimer dans un contexte favorable, quand son existence a non seulement été détectée, mais aussi accueillie.

Boutons newsletter

//Ajout 24.07 : Et c’est bien de ce cablâge interne que parle Emilie Wapnick dans son TED. Pas d’une juxtaposition d’activités professionnelles.

11:23 Alors, ceci étant dit, s’il y a une chose que vous devez retenir de ce discours, j’espère que c’est cela : acceptez votre câblage interne, quel qu’il soit. Si, dans votre cœur, vous êtes un spécialiste, alors spécialisez-vous. C’est là que vous travaillerez le mieux. //

Certains profils mulitpotentiels / multipotentialistes vivent la situation de manière assez fluide : ils se réinventent au fil de l’eau- une particularité des multipotentiels — en tissant des parcours incroyables, sans se savoir sur-efficients.
Comme ce chercheur de 60 ans qui intervenait sur le leadership à l’Essec. Lui n’avait pas le bac par exemple. Quand je lui ai demandé s’il connaissait le mot “sur-efficient”, c’est de la méfiance que j’ai vu dans son regard. Amusant.

Pour d’autre, le chemin est un peu plus chaotique. Ca créer des souvenirs (!) et aussi de la valeur, différemment.
Le deuxième parcours étant certainement moins valorisé aujourd’hui que le premier. Ceci aussi est en train d’évoluer avec l’apparition du Growth Mindset.

Créer une espèce de classe (caste ?) sur la base des critères qui sont erronés (âge, niveau d’études, CSP, niveau de QI…) reviendrait à exclure de la multipotentialité des profils considérés comme “atypiques” ou en échec.

Le Bore Out et le Burn Out dans le collimateur ?

Sur les 3 millions de personnes au bord du burn out (nous n’avons pas de chiffre pour le bore-out) je fais le pari que certaines se découvriront sur-efficientes, et souvent sur le tard. Parfois même alors qu’elles avaient été détectées précoces à l’enfance.

Le burn-out, le bore-out, ou la multipotentialité ne sont pas apparus comme par magie ces cinq dernières années, ils ont été NOMMES ces dernières années, ce qui les rend beaucoup plus visibles aujourd’hui.

Voici quelques-unes des caractéristiques des multipotentiels / multipotentialistes qui peuvent amener à ces situations où on se grille le cerveau, notamment parce quils n’arrivent pas à rentrer dans les cases de la société actuelle :

La quête de sens : Un multipotentiel/multipotentialiste aura tendance à chercher du sens partout. Et à avoir un tel recul sur le fonctionnement des choses et du monde qu’il peut frôler aisément la déprime ou l’amertume, par dépit. Les conversations sur le quotidien font office de poil à gratter. Un multipotentiel / multipotentialiste va repasser rapidement sur des sujets considérés “moins légers” mais avec la profondeur dont il a BESOIN. Admettons-le, ça a tendance à isoler, parce qu’ils passent pour trop “sérieux”, voire négatif…

L’hybridation plutôt que la juxtaposition des activités : La recherche de sens se fait aussi dans les activités. Quand le multipotentiel / multipotentialiste exerce plusieurs activités, il va chercher à les relier. Elles auront probablement l’air disparate, mais elles serviront le même but et chercheront à produire les mêmes effets. En ce sens, Léonard de Vinci tend plus vers la multipotentialité que la multi-potentialité.
Toutes ces activités avaient un seul but : celui de faire avancer les sciences et de défricher des terres inconnues,
souvent au péril de sa sécurité et du paiement de ses contrats.

La prise de risque et le besoin de nouveauté se promènent également main dans la main chez un multipotentiel / multipotentialiste qui est un switcher naturel. Il s’ennuie assez rapidement et va aller voir ailleurs s’il n’y aurait pas quelque chose de nouveau à se mettre sous la dent. L’ennui pointe son nez tous les 2 ou 3 ans environ. Encore une fois, ce comportement n’est pas nécessairement valorisé aujourd’hui — en France. Sauf si en mode fusée, à savoir que ces changements s’effectuent sous la forme d’une promotions en interne.

L’hyperesthésie : BOUM ! C’est l’explosion au niveau des sensations. Tous les sens ne sont pas sur-développés, mais sont dotés de capteurs hypersensibles. Au point parfois qu’un bruit ou une odeur peut devenir insupportable. 
S’il vous est déjà arrivé au restaurant d’avoir l’impression que tout d’un coup le volume a été monté d’un cran et que le bruit est assourdissant, il y a des chances que vous soyez arrivés à un taux de saturation de l’un de vos sens. Cela arrive plus rapidement chez les sur-efficients. Une simple conversation peut avoir le même effet !

Pas équipés pour la culture et l’organisation en silos : Ceci est la résultante de la pensée en arborescence. Le multipotentiel / multipotentialiste est équipé pour faire du lien entre des sujets très épars. Vous pourrez d’ailleurs parfois le voir passer d’un sujet à l’autre en mode cabri. C’est difficile à suivre (même pour eux), mais cela veut dire qu’une connexion s’est faite ou que le sujet en cours n‘a plus d’intérêt (ou qu’il est trop long). Ça peut surprendre. Cela n’a généralement rien à voir avec l’interlocuteur.

Ca fait déjà un beau cocktail.

Vous pouvez rajouter à cela la tentative, pour ceux qui ne se connaissent pas, de coller aux “normes” de sociabilité qui leurs sont imposées — et qui les font potentiellement souffrir : à savoir qu’il faut A-DO-RER l’open space ou les sorties bruyantes avec des conversations considérées comme superficielles, — alors qu’un multipotentiel pourra passer des heures à parler d’un sujet transversal dans lequel il a pu mettre du sens, mais qui va intéresser très peu de monde. Trop dense en général.
Tout ceci génère jugements et remarques, et le sentiment de se sentir décalé, de venir d’une autre planète, n’est jamais très loin.

Ce qui m’intéresse en postant ceci ce n’est pas de valoriser un statut au dépens d’un autre. Mais plutôt d’instiller de la clarté.

Tout le monde ne fonctionne pas de la même manière, et tout le monde n’a pas nécessairement besoin, ni envie de fonctionner de la même façon. Essayons de suspendre notre jugement et d’intégrer cela.

Car c’est là que le collaboratif prend tout son sens : comprendre et accepter que d’autres fonctionnent différemment et apprendre à jouer et composer avec et faire un grand pas vers des solutions créatives qui mèneront à l’enrichissement et l’empowerment de chacun.

Est ce que vous vous sentez multipotentiel ?

======================

Pour allez plus loin :

Recevez le guide des Huit Travaux pour des Multipotentiels épanouis en vous abonnant à la Newsletter d’Oktopod pour les Curieux.ses et les Optimistes

======================

Cet article vous a plu ? Il vous inspire et vous fait avancer ? Vous souhaitez contribuer à nos travaux de recherche et d’écriture ?
Vous pouvez donner via notre compte Paypal.me.
Merci pour votre soutien (et n’hésitez pas à laisser un commentaire. Vos retours sont notre fuel !

======================

7 Commentaire

  1. Pingback: BLOG | Les 5 talents des procrastinateurs |

  2. Pingback: Multi P – Duckvox

  3. Pingback: Ne cherchez plus, vous êtes ce qu’on appelle un multipotentiel. – Duckvox

  4. Pingback: Les multipotentiels et la création de valeur, ou la malédiction du muffin ! |

  5. Pingback: Autres | Pearltrees

  6. Pingback: Ne cherchez plus, vous êtes ce qu’on appelle un multipotentiel. - Duckvox

  7. Pingback: BLOG | Les 5 « applis » qui permettent de déconnecter et de revenir à soi |

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+ de posts dans la catégorie Multipotentialité

BLOG | Les 5 « applis » pour se déconnecter et revenir à soi

Vous pensez que productivité rime avec stakhanovisme ? Erreur ! Éloge de la pause et de la respiration

Lire la suite

FLUID |Vous êtes coincé(e) dans votre projet ? Nous y remettons de la fluidité (étude de cas)

ETUDE DE CAS d’un Fluid d’une journée avec Aurélie, social designer.

Lire la suite

#CEOONAIR| Entretien avec David Chapuis de Voz Organica

Entretien « curiosité avec David Chapuis juste avant son voyage d’un an en Amérique Latine pour Voz Organica, son projet

Lire la suite

Dernières news

DEVELOPPEMENT | Recherche Business Developer B to B (indépendant/e)

BIZDEV | Vous avez des affinités avec nos offres ? Vous avez un réseau et des contacts que cela peut faire grandir ? Pourquoi ne pas travailler ensemble ?

Lire la suite

BLOG | Les 5 « applis » pour se déconnecter et revenir à soi

Vous pensez que productivité rime avec stakhanovisme ? Erreur ! Éloge de la pause et de la respiration

Lire la suite

FLUID |Vous êtes coincé(e) dans votre projet ? Nous y remettons de la fluidité (étude de cas)

ETUDE DE CAS d’un Fluid d’une journée avec Aurélie, social designer.

Lire la suite